Espagne : Les évêques espagnols partagés sur l'indépendance de la Catalogne

Mercredi, 11 Octobre, 2017 - 09:08
Un cardinal espagnol a qualifié l’unité de l’Espagne de «bien moral» et condamné «la sédition et la fraude» des séparatistes en Catalogne.
 
«Plusieurs d’entre nous sentent une douleur intense, comme si on nous avait planté une dague dans les tripes», a déclaré le cardinal Antonio Canizares Llovera de Valence. «Ce qui s’est passé est très sérieux – un acte de sédition, de fraude et de trahison, un coup d’État contre la loi et une violation de l’ordre constitutionnel de la nation et de la coexistence dans la liberté pour tous les Espagnols.»
 
Les commentaires du cardinal ont été publiés dans une infolettre les 7 et 8 octobre, tandis que des centaines de milliers de citoyens manifestaient contre l’indépendance de la Catalogne dans plusieurs grandes villes, dont Madrid et Barcelone.
 
Il a affirmé que les chrétiens espagnols devraient suivre l’appel évangélique à l’unité et l’intégration plutôt que d’opter pour la fragmentation et la division. Il a appelé à résister à un «acte répréhensible contraire à la vérité» qui pourrait «infliger des blessures et provoquer des confrontations entre familles, amis et voisins».
 
La Catalogne est la plus riche des 17 régions autonomes d’Espagne. Elle compte 7,5 millions d'habitants. Des responsables régionaux ont indiqué que 90% des électeurs appuient l'indépendance après le vote du 1er octobre où 42,3% des électeurs inscrits ont exprimé leur droit de vote. Déclaré «illégal» par la cour constitutionnelle d’Espagne, l’exercice a donné lieu à des scènes de violence.
 
Le parlement catalan et son président, Carles Puigdemont, doivent se pencher sur les résultats du référendum le 10 octobre. Madrid a mis en garde la Catalogne le 9 octobre contre toute déclaration d’indépendance, annonçant que le gouvernement espagnol prendra «toutes les mesures nécessaires» pour «restaurer la loi et la démocratie» si les Catalans déclarent leur indépendance.
 
Selon une agence de presse catholique, le premier ministre espagnol Mariano Rajoy a rencontré le 3 octobre le cardinal Carlos Osoro Sierra de Madrid et Mgr Juan Jose Omella de Barcelone, capitale de la Catalogne, afin d'obtenir le soutien de l'Église pour l'unité nationale.
 
D'autres évêques espagnols ont également critiqué la séparation. Toutefois, deux évêques catalans ont pris le parti de l’indépendance.
 
Mgr Roma Casanova, du diocèse de Vic, a appelé les citoyens à «tisser le bien commun avec des idées concordantes». De son côté, Mgr Xavier Novell Goma, de Solsona, a félicité les Catalans pour leur «volonté de résister pacifiquement» face à «l'agression policière» lors du référendum.
 
«J'admire le courage et la résistance pacifique de ceux qui ont défendu cet exercice légitime du droit de notre peuple à l'autodétermination et je condamne tous les actes violents, en particulier ceux commis par des représentants des forces de l’ordre», a déclaré Mgr Novell dans une déclaration publiée sur le site internet de l’archidiocèse de Barcelone.
 
«J'exhorte tous les politiciens à formuler une solution pacifique et juste pour la nation catalane, en respectant les droits légitimes de ce peuple, parmi lesquels le droit à l'autodétermination se démarque, sans ignorer tout ce qui s'est passé et en tenant compte du résultat du vote», a-t-il dit.
 
 
 
Présence, information religieuse