Vendredi, 8 Septembre, 2017 - 13:23
Les œuvres des artistes ne sont pas indépendantes les unes des autres. Au fil des années, au détour des mots, des mélodies et des dessins, elles se croisent, se touchent, s'emmêlent. Prenez Yves Duteil et son plus récent bouquin, celui qui demande, en titre, Et si la clé était ailleurs?
 
En trente courts chapitres, il s'interroge sur le sens de l'existence humaine. L'auteur-compositeur-interprète trouve des réponses, des clés, dans les différents événements de sa vie, artistique ou personnelle, et dans ces rencontres avec des personnalités publiques ou des «gens sans importance», ceux-là qui, selon ses mots et sa chanson de 1981, «avec des gestes quotidiens, font renaître l'espérance et le bonheur entre leurs mains».
 
Ses réponses, on le découvre à la lecture de ce livre d'un peu plus de cent pages, il les a aussi semées, depuis 1972, dans ses nombreuses chansons. Yves Duteil raconte son enfance, ses parents (La tendre image du bonheur), explique la genèse de certains succès (Prendre un enfant, La langue de chez nous), parle de son amour pour Noëlle, son épouse depuis quarante ans (Le soleil sur l'agenda, Autour d'elle) et de ses engagements politiques et sociaux (Avec les gens de mon village, La Tibétaine).
 
La clé de notre séjour terrestre est certainement ailleurs que dans la technologie, confie-t-il, «sous le flot des données qui nous submergent» alors que «nous confions peu à peu notre mémoire à des machines qui nous supplantent».
 
Nous sommes devenus, regrette-t-il, «un vivier de bons clients dont on surveille les appétits, les désirs les goûts, à travers des algorithmes d'une efficacité à couper le souffle». Yves Duteil, maire d'une commune française durant 25 ans, milite aujourd'hui pour que se développe «le besoin d'écouter à nouveau la voix du silence».
 
Et si la clé était dans la spiritualité? Yves Duteil, un des rares artistes à parler de Dieu dans ses écrits, reconnaît que «la spiritualité joue avec nos nerfs, mais elle attend tranquillement son heure, accoudée au balcon de notre existence, comme l'inconnue d'une équation qu'on ne calcule pas mais qui détient la clé de notre identité remarquable».
 
Elle se manifeste parfois «sur des chemins de traverse pour nous tendre la main». Comme sur ce chemin vers Compostelle, «une marche vers soi-même, au milieu de rien mais au coeur de tout», écrit-il.
 
La clé se trouve certainement sur la route des hommes et des femmes. «Bien souvent, j'ai rencontré le ciel en regardant la terre». Il cite en exemple de ces gens qui, au détour d'une épreuve ou d'un malheur, «ont compris la valeur de chaque instant de bonheur».
 
Aujourd'hui, ces individus «tissent la trame de l'invisible, creusent là ou se tarissent les ruisseaux, jettent des ponts sur les fleuves infranchissables, portent secours aux victimes des catastrophes». Bref, ils ont trouvé la clé.
 
 
 
- Yves Duteil prononcera une conférence ce vendredi 8 septembre aux Assises de la spiritualité tenues au centre Le Montmartre de Québec.
 
- Lundi soir, 11 septembre, l'auteur de Et si la clé était ailleurs? discutera de son livre à la Librairie Paulines de Montréal.
 
 
François Gloutnay, Présence - information religieuse